Accouchement dans l’eau

Grossesse / Bébé

Pratique peu répandue en France, mais qui connaît, tout de même, une certaine expansion. Le milieu aquatique, plus relaxant, permet un accouchement moins stressant, les muscles se détendent et le col de l’utérus se dilate plus aisément. De plus, l’eau a des propriétés antispasmodiques, ce qui permet d’atténuer les douleurs.

Le risque d’épisiotomie (incision chirurgicale du périnée au moment de l’accouchement) est beaucoup moins important. Les gênes post-natales sont donc moindres pour la maman.

Concernant le bébé, sa venue au monde par ce procédé est largement moins brutale. En effet, il reste dans le milieu dans lequel il a évolué pendant les neuf mois de la grossesse.

Un accouchement aquatique se déroule de la manière suivante :

Les salles d’accouchements sont munies de baignoires transparentes où la maman se plonge dans une eau à 37°C (température corporelle), et ce, dès que les contractions deviennent douloureuses. Là, les douleurs s’apaisent et le col commence à se dilater.

Soit la maman est sortie hors de la baignoire au moment de l’expulsion, ou bien le bébé naît directement dans l’eau. Ne vous en faites pas, ne respirant pas à l’intérieur du ventre, votre enfant ne risque pas de suffoquer ou même de se noyer. Les déchirures étant moins fréquentes durant ce type d’accouchement, la maman aura donc tout le loisir de sentir son bébé sur sa poitrine dès sa venue au monde.

Attention, un accouchement dans l’eau est un acte à prévoir, ça ne se décide pas à la dernière minute. Une préparation est nécessaire, dès le cinquième mois environ et l’acte a lieu dans une maternité qui propose ce service.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.