Coup de frein sur le marché des crédits à la consommation

Finance / Budget

Nouvel encadrement du crédit et contexte de crise resserrent l’étau sur les crédits à la consommation dont le nombre accuse un net recul par rapport aux années précédentes. Le financement du petit équipement passe manifestement par d’autres voies.

Les tendances du crédit à la consommation répercutent et contribuent à la fois au ralentissement de la consommation. Le nouveau dispositif légal avertit plus sévèrement les emprunteurs sur leurs engagements et, d’autre part, la crise et l’incertitude qui pèse sur leurs revenus les dissuadent à souscrire de trop nombreux crédits à la consommation.

Un plus faible volume de crédits à la consommation

Les ménages sont moins nombreux à utiliser un crédit à la consommation. Selon Maël Bernier, porte-parole du courtier Empruntis, « ils s’auto-censurent et s’endettent avec prudence. C’est le signe que le moral n’est pas très bon et qu’on a très peur de ce qui va se passer ». En effet, cette année, ce sont 500 000 ménages de moins par rapport à l’an dernier qui n’ont pas contracté de crédit. Au troisième trimestre 2011, le marché du crédit à la consommation avait déjà chuté de 3,7%.

En revanche, lorsque l’emprunt est décidé, les proportions sont les mêmes, à savoir un montant moyen de 12 000 euros, à rembourser sur 40 mois.

Des ménages plus aisés

La population qui s’est le plus abstenue est celle des ménages dont les revenus sont compris entre 3 500 et 4 600 euros. Les ménages plus aisés, dont les revenus excèdent 4 600 euros recourent encore au crédit à la consommation.

Ces crédits ont essentiellement servi à financer des achats conséquents tels qu’une voiture. En revanche, tout ce qui concerne l’équipement de la maison, gros et petit électroménager ou le mobilier, semble avoir été reporté ou n’a pas justifié la prise d’un crédit. D’après les données de l’association des sociétés financières, la part du crédit pour financer l’acquisition des biens d’équipement du foyer a chuté de 8,4 % en neuf mois.

Aussi, il ne faut pas négliger l’impact de la loi Lagarde sur le crédit à la consommation qui multiplie les messages de mise en garde comme « Un crédit vous engage et doit être remboursé » ou « Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager ». Ces messages d’information accompagnent désormais toutes publicités des organismes de crédit.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.