Découverte d’un gène impliqué dans la myopie

Santé / Bien-être

Voici un espoir pour tous les myopes. Des chercheurs londoniens ont détecté un gène qui serait lié à ce trouble de la vision. Une bonne nouvelle, car cette révélation pourrait signifier la prévention de la myopie.

Depuis longtemps, les généticiens poursuivent des recherches sur cette déformation de l’œil. Cette maladie touche environ 25% des Français, et représente donc un véritable enjeu.
Il s’agit d’un allongement de l’œil vers l’arrière, qui a pour résultat de troubler la vision de loin. La plupart des Français voient leur myopie se déclarer assez jeune, pour se stabiliser vers 25 ans. Aujourd’hui, on peut même la soigner au laser, mais cette technique n’est pas encore concluante. Seul moins de 3% d’entre eux sont atteints de myopie dite «forte». Elle se déclare en général très jeune, vers 8 ans, et s’aggrave au fur et à mesure. Mais surtout, elle entraine d’autres maladies de l’œil, comme le glaucome par exemple. Cela peut amener à la cécité partielle ou totale du patient. Et c’est principalement pour ce genre de cas que la découverte de ces chercheurs anglais serait une vraie révolution.

La génétique en partie responsable

Jusqu’ici, on en savait très peu sur les gènes responsables de la myopie. Les chercheurs avaient déjà liés la myopie au facteur héréditaire. Si les parents sont myopes, un enfant aura plus de chance de l’être, qu’un autre dont un seul des parents l’est. D’autre part, on sait également que les différentes populations ne sont pas toute logées à la même enseigne. La myopie est plus développée en Asie. Mais la génétique n’est pas le seul facteur responsable de la myopie. Pour preuve, ces dernières années ont vu le nombre de personnes atteintes de ce trouble augmenter en France. Certaines habitudes aggravent cette maladie, comme passer trop de temps devant un écran, ou encore lire de trop près.
«On n’avait encore jamais identifié un gène impliqué dans la myopie avec autant de certitude», annonce Patrick Calvas, professeur de génétique médicale dans une unité Inserm à Toulouse, dans les colonnes du Figaro. Un traitement médicamenteux ou génétique pourrait donc voir le jour et stopper l’évolution de la myopie chez les personnes atteintes. Il faudra seulement patienter une dizaine d’années.

Carole SCHIRRER




Sur la même thématique

  • No Related Post





.