Free Mobile, forfait moins cher mais téléphone à crédit

Finance / Budget

Un nouvel opérateur est né dans le monde de la téléphonie mobile. Free Mobile s’est lancé le 10 janvier 2011 et bouscule la concurrence avec ses forfaits moins chers et sans engagement mais, cette fois, sans la subvention du téléphone. Pour dissiper toute ombre, Free offre à ses clients des facilités de paiement.

Un nouveau modèle commercial

Fournisseur d’accès internet, Free devient à présent opérateur de téléphonie mobile en France. Ce quatrième acteur bouleverse le modèle commercial de ce marché.

L’offre des concurrents consiste en des forfaits d’heures de communication, à un tarif assez élevé puisqu’il intègre le prix du téléphone. En contrepartie d’un engagement sur 12 ou 24 mois, ces forfaits amortissent le coût de l’appareil « offert » au client pour 1 euro, ou du moins pour un prix inférieur au prix catalogue. La subvention du mobile par l’opérateur favorise le renouvellement des appareils et la familiarisation du public avec les différentes améliorations technologiques.

Or, voilà que Free Mobile arrive sur le marché avec une logique inverse. Il abandonne la traditionnelle subvention du mobile et réduit considérablement les prix de ses forfaits, proposés du même coup sans condition d’engagement. Pour compenser l’absence de « fourniture » du téléphone, Free Mobile met à disposition des consommateurs un prêt gratuit.

Une offre « libre »

Free Mobile créé l’événement avec son offre de téléphonie à prix imbattable avec, de surcroît, la gratuité du forfait de base réservée aux clients internet de la marque.

Ces prix réduits sont devenus possibles par l’abandon de la subvention du téléphone. Aussi, comme aucun coût d’appareil n’est à amortir, les forfaits sont proposés sans engagement et les clients pourront librement quitter l’opérateur tout en conservant leur téléphone.

Cette offre consiste à n’offrir que de la communication pure. L’appareil, objet de mode et de sophistication, est à la charge du client, libre de l’acheter chez le constructeur de son choix. Changer de téléphone est également une décision qui lui revient entièrement.

Le fonctionnement du prêt gratuit

Cependant, Free Mobile n’abandonne pas le client face au coût du téléphone et lui propose un crédit gratuit pour répartir son paiement en 12, 24, voire 36 mensualités. Cette convention de prêt est issue d’un accord de l’opérateur avec l’enseigne Crédit Agricole Consumer Finance.

Toutefois, ces facilités de paiement ne sont accordées que dans la limite de 199,99 euros. En effet, au-delà de ce montant, dès 200 euros, les nouvelles dispositions des articles L311-1 et suivants du Code de la consommation (Loi Lagarde) soumettent le prêteur à de multiples obligations, telles que la vérification systématique de la solvabilité du client et le devoir d’information sur les conditions du prêt.

Par conséquent, cet échange entre crédit gratuit et subvention du téléphone perd de sa valeur puisque les prix des téléphones mobiles les plus demandés excèdent largement ce montant modeste de 199,99 euros.

Le marché des mobiles haut de gamme

En matière de téléphones mobiles, la demande des consommateurs se porte plus volontiers sur les smartphones haut de gamme.

Par exemple, le très recherché Samsung Galaxy SII disponible sur le site de l’opérateur est proposé à 541 euros et le prochain iPhone 4S sortira sur le catalogue à 629 euros. Vu l’écart avec la proposition de prêt gratuit, Free a négocié avec Apple un accord de financement spécifique au terme duquel l’échelonnement du paiement sera possible mais avec intérêts. Le coût total de l’iPhone 4S avec financement passera alors à 720 euros.

Pour ce modèle d’iPhone la concurrence fait rage et la marque low cost d’Orange, Sosh, annonce déjà qu’elle le proposera à 599 euros avec possibilité de ne régler que 409 euros lors de la souscription du forfait et profiter d’un échelonnement partiel et gratuit de 190 euros.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.