GNU/Linux, des environnements de travail à découvrir.

High tech / Techno

Cet article n’a pas pour but de promouvoir GNU/Linux comme un environnement magique et plus performant que d’autres systèmes comme Microsoft Windows ou Mac OSX. Ce monde un peu particulier s’adresse avant tout aux utilisateurs en soif de découvertes et très curieux d’en apprendre plus sur leur machine.

Afin d’éviter des quiproquos, il faut bien dissocier les distributions et leur système de base. Ainsi, GNU/Linux n’est pas une distribution mais le cœur de toutes les distributions disponibles. En fin de compte, ce que nous appelons distribution est un système d’exploitation qui repose sur le noyau Linux et le système libre GNU.

Aujourd’hui, il existe des centaines de distributions, qui sont utilisées comme outils de bureau mais surtout comme environnement de serveur. Toutes ces distributions ont un point commun : le panel de logiciels disponibles, qu’ils soient libres ou pas, payants ou gratuits. Il faut donc absolument dissocier gratuité et GNU/Linux.

Cependant, les distributions généralistes et la plupart des logiciels sont accessibles gratuitement, et il est possible de les modifier puisque l’accès aux sources et très souvent possible.

Chaque famille de distribution se caractérise par la gestion des logiciels.

A l’instar de Windows et Mac OS X, une majorité de distributions permettent l’installation de logiciels via des procédures sécurisées qui permettent de rendre le système moins enclin au problème de sécurité.

Voici une liste non exhaustive de distribution majoritairement utilisées dans le grand public :

Ubuntu. Ce projet a été lancé par Canonical et est aujourd’hui la distribution la plus populaire.Elle repose sur une des plus anciennes solutions GNU/Linux Debian.

Debian, est aujourd’hui la distribution GNU/Linux considérée comme la plus stable et la plus proche de la philosophie UNIX. Elle bénéficie du travail de grands développeurs et est au cœur de l’installation de beaucoup de serveurs.

Son image un peu froide lui donne un aspect complexe mais elle n’est pas plus compliquée à utiliser qu’Ubuntu. Son système pensé intelligemment permet à tous ses utilisateurs de construire un environnement sûr et optimal.

Cependant, d’autres distributions comme Mandriva sont considérées comme beaucoup plus accessibles aux utilisateurs novices du monde de GNU/Linux. Ce formidable outil intègre complétement le gestionnaire de bureau KDE qui, pour les windowsiens aguerri, permet de basculer de systèmes simplement.

Il est intéressant de constater qu’il faudrait plusieurs mois pour faire le tour de l’ensemble des distributions et que celles précédemment citées n’en sont qu’une maigre partie.

Debian, comme Mandriva, Ubuntu et bien d’autres, sont capables de subvenir aux besoins relativement basiques des utilisateurs lambda (navigation internet, musique, vidéos,…), mais elles peuvent également être essentielles pour des gens plus aguerris (développement informatique, administration système, outils de sécurisation,…).

Seuls les fanatiques de jeux vidéos ne pourront s’y retrouver, puisque le point noir de GNU/Linux est le manque de jeux portés dessus.

Il est possible d’essayer temporairement une distribution sans altérer son système existant via l’utilisation de CD ou clés USB live (le système est installé dessus, et se lance sans écrire sur le disque dur).




Sur la même thématique

  • No Related Post





.