L’intérêt d’une assurance-vie

Finance / Budget

Un contrat d’assurance vie offre quatre principaux avantages.

1. Une épargne rentable

Un contrat d’assurance vie multisupport fait profiter de la diversification des placements sur des actifs boursiers dynamiques. Ces contrats sont des solutions pour faire faire fructifier des fonds et financer des projets tels qu’un investissement immobilier. Le rendement dépendra de la performance des supports choisis.

2. Un revenu complémentaire en période de retraite

Le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie percevra à terme les dividendes de son épargne qui seront versés sous la forme d’un capital ou d’une rente. La rente sera un moyen de disposer d’un complément de revenu régulier. La moitié des épargnants utilise à cette fin leur contrat d’assurance-vie. Mécaniquement, le montant de la rente est d’autant plus élevé que le souscripteur a depuis longtemps ouvert son contrat.

3. Une fiscalité privilégiée

L’assurance-vie constitue aussi un moyen de transmettre à ses héritiers un capital échappant en tout ou partie aux droits de succession. En vertu de la dernière législation du 13 octobre 1998, les primes versées avant le 70e anniversaire de l’assuré dans la limite de 152.500 euros par bénéficiaire sont totalement exonérées d’impôt. La part excédant ce seuil est assujettie à une taxation forfaitaire de 20 %. Après le 70e anniversaire de l’assuré, les primes sont taxées sur la part excédant 30.500 euros.

En pratique, s’agissant d’un contrat souscrit après 1997 et d’une valeur inférieure à 152.500 euros, si le bénéficiaire de l’assurance-vie est le conjoint, au décès du souscripteur, l’époux survivant perçoit l’intégralité du capital constitué en franchise d’impôt. Les enfants n’auront de droit sur ces sommes qu’au décès de leur dernier parent et qui seront partagées selon le droit commun des successions.

Comme en principe les successions avantagent les enfants, l’assurance vie est un moyen d’augmenter la part d’héritage du conjoint survivant.

Pour les contrats qui dépassent huit ans, le rachat des fonds est passible d’une taxe de 7,5 % sur les plus-values mais sous réserve d’une franchise annuelle de 4.600 euros pour un célibataire et de 9.200 euros pour un couple marié.

4. La diversité d’objectifs

L’assurance vie consiste d’abord à se constituer un patrimoine. Ensuite, la destination de cette épargne ne concerne que le souscripteur : qu’il s’agisse de prévoir une pension de retraite plus confortable, financer des investissements à moyen terme, réserver une partie de sa fortune à un tiers… l’assurance-vie est une solution aux attentes les plus personnelles. Aussi, les contrats ne sont pas plafonnés et le nombre de contrats qu’une même personne puisse souscrire n’est pas limité, le laissant libre de désigner autant de bénéficiaires différents. L’argent placé n’est pas bloqué et le souscripteur peut retirer des fonds en cours de contrat. Les contrats d’assurance-vie sont construits sur différents supports en fonction des choix de placements et correspondent à différents niveaux de risques. Philippe Lequeux-Sauvage, président de la chambre syndicale des agents généraux d’assurances de Paris relève que ce sont les fonds garantis en euros, c’est-à-dire les plus sécurisés, qui remportent les plus vifs succès.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.