La Corrèze

Voyage / Tourisme

Né après la Révolution Française, le département de Corrèze qui doit cette appellation à la rivière du même nom, a été créé le 4 mars 1790. Cette partie du bas-Limousin était autrefois partagé en quatre vicomtés.

Les sites naturels de Corrèze sont aussi spectaculaires qu’uniques tout comme les falaises qui bordent la ville de Bort les Orgues sont tout à fait exceptionnelles. Résultant d’un long phénomène géologique, cette falaise a pris la forme d’un orgue géant avec des tuyaux de 80 à 100 m de haut, ce qui a notamment permis de nommer ainsi la ville. En 1951, un barrage a été construit en bas de la falaise pour donner naissance au lac Bort les Orgues.

La montagne limousine, qui est constituée par le massif des Monédières et le plateau de Millevaches, est devenue un lieu idéal pour les promeneurs et les randonneurs après que des infrastructures adéquates y aient été installées. Le massif des Monédières promet une promenade très plaisante avec sa végétation constituée de bruyères, de myrtilles et d’autres plantes et sa faune dont les lézards verts et les linottes, et par -dessus tout, la vue panoramique qu’offre la campagne limousine. Autrefois réputé pour son caractère désertique, le plateau de Millevaches accueille aujourd’hui plusieurs visiteurs au parc naturel régional de Millevaches.

Une grande richesse culturelle

La Corrèze a beaucoup hérité de l’époque médiévale. Les œuvres architecturales du Moyen-âge les plus visitées et les plus surprenantes en Corrèze sont le Château de Val, les Tours de Merle et l’abbaye Cistercienne d’Aubaine. Le Château de Val, un monument du XVème siècle, est aujourd’hui situé sur une presqu’île et entouré par le lac Bort les Orgues. Avec ses six tours et la chapelle Saint-Blaise qu’elle abrite dans sa cour, l’authenticité de ce château transporte ses visiteurs à travers le temps, à l’époque même de la chevalerie et pour les plus imaginatifs, à travers l’espace en Ecosse. La tour de Merle constituait autrefois une forteresse imprenable. Sept seigneurs qui s’y étaient installés un par un entre le XIème et le XIVème siècle y trouvèrent ainsi refuge, et elle servit également d’abri contre toute attaque étant donné l’altitude à laquelle elle a été construite. Cependant, avec l’apparition d’armes plus puissantes comme le canon, la cité n’a pas beaucoup résisté face aux attaques des Huguenots. Ces derniers détruisirent les sept châteaux pour n’y laisser que des ruines où prolifère aujourd’hui une végétation luxuriante.

Construite au XIIème siècle, l’abbaye Cistercienne d’Aubaine ne présente aucun décor particulier. Les moines y vivaient en toute piété et y recherchaient surtout cette austérité des lieux. L’endroit n’est pourtant pas dénué d’intérêt, car, en dehors du fait que ses murs relatent l’ancienne vie des moines, l’église de l’abbaye présente encore quelques richesses artisanales comme par exemple une armoire liturgique du XIIème siècle ou une sculpture en calcaire représentant le tombeau de Saint-Etienne datant du XIIIème siècle.

On trouve en Corrèze six des plus beaux villages de France qui sont Collonges-la-Rouge, Curemonte, Saint-Robert, Ségur-le-Château, Treignac et Turenne. Collonges-La-Rouge étonne plus d’un avec les mille couleurs dont se pare le village. Ses maisons sont faites de grès rouges avec des ardoises lauzes grises reflétées de bleus et dont l’extérieur est décoré par des vignes qui en longent les murs. Le village affiche ainsi un environnement et un paysage dignes d’une carte postale.

Parmi les villages de Corrèze, Curemonte est sans nul doute celui qui a su le mieux préserver son authenticité. Le village est supplanté par plusieurs châteaux construits entre le XIVème et le XVIIème siècles et qui malgré le temps, demeurent pourtant très bien conservés. Les maisons nobles construites à la même époque ont elles aussi gardé leur aspect d’origine avec leurs fenêtres à meneaux, leurs tourelles avec des escaliers à vis et leurs balcons en bois.

Chacun de ces six villages possède une histoire particulière qui est le plus souvent liée à l’époque féodale et à la croisade. L’histoire de Turenne est celle d’un grand fief qui par sa puissance, a pu garder une totale autonomie vis-à-vis du roi jusqu’au XVIIème siècle.

A Saint-Robert, les guerres de religion n’ont détruit que la nef de l’église romane qu’on y trouve encore aujourd’hui. Malgré tout cela, le village a su garder son charme en conservant les mêmes structures de l’époque médiévale pour ne citer que le clocher octogonal, la tour carrée défensive ou les vestiges des portes fortifiées.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.