La tontine, l’épargne des femmes africaines

Finance / Budget

Les femmes africaines ont souvent recours à la tontine qui est basée sur une économie solidaire et un système d’entre aide de proximité. Du village à la capitale, la tontine est un véritable phénomène de société en Afrique. Elle est utilisée comme une banque pour épargner de l’argent. Les grands-mères, les jeunes filles, les femmes de tous les âges et de toutes les catégories socioprofessionnelles y ont recours.

Le principe est simple. Généralement instituée au sein d’une association ou regroupement de femmes, la tontine est un système dans lequel chaque femme cotise à une date régulière. Le capital monétaire est redistribué aux membres à tour de rôle. Une somme est fixée pour une cotisation mensuelle. La somme  peut être minime mais aussi très importante. Le bon fonctionnement de la tontine dépend de la moralité de la trésorière et des capacités de financements des différents membres. Celles qui y participent se réunissent généralement une fois dans le mois, chaque membre de la tontine reçoit à tour de rôle chez elle les autres. En début de chaque réunion un tirage au sort est effectué pour désigner celle qui repartira avec la cagnotte. Ces réunions sont l’occasion pour elles de se retrouver, de se donner des conseils dans leur couple, de faire la fête, de s’amuser et d’oublier les problèmes du quotidien.

La tontine est généralement fondée sur une base fédératrice. Elle réunit des personnes de la même famille, du même secteur d’activité, de la même catégorie professionnelle, de la même zone géographique ou du même lieu de résidence. Les petites commerçantes des quartiers aussi y ont recours, les apports sont collectés par l’une d’elle jouant le rôle de la trésorière.

Les adhérentes utilisent la tontine dans le but d’atteindre un objectif bien précis sans recourir au crédit. La tontine leur permet de réaliser des projets qui font appel à d’importants moyens financiers : le développement d’une activité génératrice de revenus, la  réalisation de grandes cérémonies comme les mariages ou baptêmes. Certaines jeunes filles par exemple utiliseront l’argent récolté  pour acheter des fournitures ou des vêtements.

La tontine n’est pas simplement sous forme financière, dans le milieu rural au moment des semences ou des récoltes, les membres iront selon un cycle établi, travailler dans le champ d’une autre pour effectuer un travail collectif. Certaines mères de familles se réunissent en tontines de biens. La cotisation est alors un pagne, un drap, ou tout autre bien fixé d’un commun accord.

Ce système d’économie solidaire, permet à de multiples femmes en Afrique de faire face aux  difficultés financières qu’elles rencontrent au quotidien.

Assanatou Baldé.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.