Le vintage, c’est mode

Beauté / Mode

Si au départ le vintage était quelque chose de rare, aujourd’hui, le monde de la mode nous en sert à toutes les sauces. Acheter vintage c’est moins cher (ce qui n’est pas toujours vrai), mais surtout plus « fashion », puisque la mode est un éternel recommencement.

Le mot vintage n’est pourtant pas issu du milieu de la mode. Avant que les rédactrices des magasines s’accaparent ce mot, il désignait les vins millésimés. Petit à petit, on a commencé à parler de vêtement vintage pour désigner des pièces cultes, symbolisant une autre époque. Le tailleur Yves Saint Laurent, celui de Coco Chanel dans les années 60, les robes Dior de la même époque… C’est vintage. Ces pièces sont rares, d’un ancien temps, donc précieuse et unique. Les voix de la mode sont impénétrables et très vite, le mot vintage s’étend à toutes sortes de vêtements, pourvu qu’il soit ancien. S’habiller vintage attire les branchés. Désormais on se rue dans les boutiques de récupération. Des magasins parisiens connaissent un nouveau succès, comme Guerrisol. Les adeptes s’échangent les meilleures adresses sur internet. Des sites comme Vintage.com voient le jour. On y trouve des robes des années 50, des pulls des années 80, des pantalons des années 70. Tout est là pour se concocter un look loin du style aseptisé des enseignes de vêtement. Le vintage peut aussi être économique. Lorsqu’il ne s’agit pas de grandes marques, on trouve des pièces dès 5 €, voir moins. Il faut être patient et savoir fouiller, mais les personnes qui s’habillent en vintage ne regrettent pas. Elles sont sûres de ne pas retrouver leur tenu sur quelqu’un d’autre.

Tout devient vintage

Le vintage continue sa course et englobe désormais un style de vie. A l’inverse du « kitsh », qui désigne des pièces anciennes, mais plutôt de mauvais goût, le vintage devient une référence. Sur internet, des sites spécialisés dans le vintage parlent de playmobiles, de montres Swatch, de papiers peints fleuris des années 60, de mobiliers, de vinyles… Le mot ancien est remplacé petit à petit par vintage. Consécration ultime : un salon du Vintage ouvre ses portes en 2005 à Paris. Ce genre d’événement existait déjà à New York et à Londres, Paris n’a fait que suivre. Dans d’autres villes de France, on voit l’arrivée de marché du vintage, comme à Lyon. Mobiliers, objets, vêtements, bijoux… On trouve du tout, du moment que c’est ancien et unique. Le vintage est à la mode. Les ventes aux enchères sont remplies dès qu’il s’agit d’objets d’une autre époque, les magasins de fripes sont les nouvelles boutiques branchées et on croise toujours quelques traqueurs de pièces vintages dans les marchés aux puces ou les brocantes. Cela fait maintenant plus de cinq ans que cet engouement dure. Le vintage est donc loin d’être un effet de mode.

Carole Schirrer




Sur la même thématique

  • No Related Post





.