Les français et l’épargne retraite individuelle

Finance / Budget

Selon une étude faite par le groupe bancaire BPCE, la plupart des français se disent prêts à souscrire à une retraite individuelle, mais une minorité qui passe à l’acte, préférant de loin l’immobilier et l’assurance vie. Partant, ces derniers sont les outils privilégiés des français pour la préparation financière de leur retraite. Les français semblent être prêts à la retraite individuelle mais peu passent vraiment à l’acte. D’après l’enquête menée par l’Observatoire, 73% des français souhaitent garder le système par répartition, 54% veulent faire substituer le système ou le compléter, surtout parmi les jeunes. Cet intérêt est confirmé par une hausse progression des contrats d’épargne retraite, passés de 6,1 millions en 2005 à 8,6 millions en 2008. « L’essentiel des encours concerne les contrats collectifs », souligne Alain Tourdjman, qui a dirigé l’étude.

La majorité des français se déclare pour des contrats collectifs. En effet, sur les encours de 125,8 milliards d’euros de produits d’épargne retraite, 76,5 milliards d’euros sont des contrats collectifs souscrits par l’entreprise.

Quant au Perp, le contrat d’assurance vie qui peut être souscrit par toute personne, peut être alimenté au rythme du souscripteur, par des versements libres ou programmés. C’est un véritable produit retraite du moment que le souscripteur ne peut en profiter qu’à l’âge de la retraite, sous forme de vente viagère. Le Perp a des avantages fiscaux qui peuvent être attractifs. Ainsi, les versements sont déductibles du revenu net imposable dans la limite de 10% du revenu. Cependant, les français restent toujours prudents envers ce type de contrats, ne déposant en moyenne que 1000 euros par an.

Les français préfèrent de loin les placements en immobilier et en assurance vie au détriment de l’épargne retraite individuelle, tout en jugeant les titres financiers tels que les actions et les obligations, les moins appropriés pour la retraite. L’encours et les cotisations de l’assurance vie étaient par exemple 20 fois supérieurs à ceux de l’épargne retraite individuelle en 2008. « L’avantage de l’assurance vie est que c’est un produit beaucoup plus souple », a indiqué François Pérol, président du directoire de la banque BPCE, qui s’exprimait à titre personnel. « Or la loi sur les retraites prévoit désormais la possibilité, concernant le plan d’épargne retraite populaire(Perp), de recevoir jusqu’à 20% du montant épargné dès le départ à la retraite. Cette option peut relancer peut être un peu l’intérêt pour ce produit. », a commenté M. Pérol.




Sur la même thématique

  • No Related Post





.