Mettre son argent aux ordures, un geste écolo et rentable.

Finance / Budget

Nous produisons deux fois plus de détritus qu’il y a cinquante ans, soit 360 kgs par an et par personne. Multiplié par le nombre d’habitants cela représente la taille du Mont Blanc!

Pour gérer cet énorme volume d’ordures ménagères, une filière économique s’est mise en place et se développe de façon constante.

Les entreprises qui se chargent de nos poubelles se multiplient sur un marché en croissance de 1 à 2% par an et habitant.

A côté des entreprises sépcialisées dans la collecte d’huiles usagées, des batteries et autres piles, il existe aussi des filières spécialisées dans la gestion des déchets industriels, hospitaliers, des voitures, des appareils électroniques et électriques usagés etc…

Pour aider au financement de ces entreprises il est possible d’investir dans deux types de placements: les certificats et les actions.

Le secteur étant relativement neuf il est difficile de prendre du recul mais il semble que les entreprises européennes qui évoluent dans un cadre réglementé soient préférables.

A en voir la liste des certificats édités par la Société Générale , l’investissement semble très Interessant.

Côté actions, il s’agit d’investir dans des entreprises à fort potentiel de développement.

Deux entreprises sortes du lot:

Séché environnement spécialisé dans le stockage et le traitement et Auréa spécialisée dans le recyclage des huiles, du PVC et le traitement des pneus.

Mais d’autres entreprises émergent sur le marché:

Europlasma , Suez , Veolia ou Pizzorno promettent à plus long terme des bénéfices interressants.

S’interresser à son argent n’est plus contradictoire avec une démarche citoyenne et écologique et il est désormais possible de s’interresser à la planète et à ses finances en même temps.

Tags : , , , , , ,




Sur la même thématique






.